full screen background image
Search
22 juillet 2017 | כח תמוז התשעז
  • :
  • :

U.N Watch: le chien de garde de l’ONU

Logo de l'ONG "UN Watch".

Logo de l’ONG « UN Watch ».

 « UN Watch », ONG siégeant à Genève, a pour but principal de promouvoir les droits de l’homme pour tous,  l’égalité des femmes, la liberté d’expression et de veiller à ce que l’ONU respecte les règles de sa propre Charte. A sa tête, Hillel Neuer, qui cherche par tous les moyens à corriger l’image souvent biaisée d’Israël. Alors que les Nations Unies viennent d’adopter  le rapport du Conseil des Droits de l’Homme, publié le 22 juin dernier, UN Watch vient d’établir un rapport alternatif à celui de l’ONU. Entre deux discours au Conseil des Droits de l’Homme, Israpresse s’est entretenu avec Anne Hertzberg, la conseillère juridique d’UN Watch.

Pour Ann, la guerre de Gaza n’a pas été entièrement comprise par le rapport Schabas. Nulle part ne détaille-t-on les arsenaux du Hamas et leur emplacement, ni l’aide humanitaire envoyée vers Gaza, encore moins le financement de cette guerre. Voila les raisons principales qui ont poussé les représentants de cette ONG à établir un rapport alternatif et à aller protester au siège Conseil  des Droits de l’Homme à Genève.

Manifestation de soutien à Israël devant le CDH à Genève le 29 juin dernier. Crédit photo: Flash 90.

Manifestation de soutien à Israël devant le CDH à Genève le 29 juin dernier. Crédit photo: Flash 90.

Lundi 29 juin, date prévue pour l’organisation d’une grande marche de soutien à Israël à Genève, devant le parvis du CDH, plusieurs orateurs de marque, dont le General Michael Jones, de l’armée américaine et le Colonel Richard Kemp, ancien chef des forces britanniques en Afghanistan. Ce dernier a rapporté ce qu’il a vu alors qu’il se trouvait en poste d’observateur pendant l’opération « Bordure Protectrice » : « Le Hamas, égal à ses habitudes honteuses, a délibérément et systématiquement infligé la mort et la destruction à ses propres civils et ses enfants parmi eux et ce, plus qu’aucun autre groupe terroriste dans le monde. Il a délibérément positionné ses tireurs et ses armes dans des zones réservées aux civils, en sachant qu’Israël n’aurait d’autre choix que de riposter (…). Alors que Tsahal a fait des efforts encore inégalés par les autres armées du monde, excédant toutes les conventions de guerre pour sauver la vie des civils palestiniens pour qu’ils fuient les zones ciblées, le Hamas les a forcés à rester dans ces lieux. Le Hamas a délibérément causé la mort de nombreux de ses propres civils dans le but évident d’engendrer des condamnations internationales contre Israël, particulièrement par l’ONU. (…) En refusant la vérité manifeste selon laquelle le conflit à Gaza a été causé par la guerre d’agression du Hamas contre Israël, ce conseil a trop longtemps accepté de devenir un outil dans la stratégie meurtrière du Hamas.

Ann Hertzberg nous avoue que le discours de M. Kemp n’a guère convaincu les ONG présentes dans la chambre du Conseil, palestiniennes ou pro-palestiniennes dans leur écrasante majorité. Elle explique par ailleurs que le CDH accueillant de si nombreux pays islamiques (et ayant allié à eux, la Chine, Cuba et la Russie), toutes les tentatives de condamnation contre Israël ont été soldées de succès. Israël a été condamné pas moins de 61 fois, plus que tous les états du monde réunis. C’est pourquoi le travail de UN Watch est de délégitimer toutes les instances qui portent un jugement sur Israël et les contrer en apportant toutes les preuves nécessaires. Outre le rapport sur l’opération « Bordure Protectrice », UN Watch met un point d’honneur à comparer Israël à ces pays qui violent systématiquement les droits de l’homme et passent entre les filets des condamnations de l’ONU, comme la Syrie par exemple, membre non inquiété du CDH.

Hillel Neuer nous confie que pas moins de 80% des résolutions adoptées par le CDH n’étaient autre que des condamnations dirigées contre Israël !
En réponse au rapport de l’ONU, UN Watch a publié un rapport épais, basé sur celui publié par le ministère des Affaires étrangères israélien qui dément avec des photos, des témoignages de dizaines d’experts et d’observateurs et des preuves balistiques, les accusations énoncées contre Tsahal selon lesquelles il s’agit d’une armée immorale qui se moque des droits de l’homme. Dans ses grandes lignes, sont soulevées, entre autres, les questions de la production et l’import de ces roquettes qui ont été envoyés depuis Gaza vers Israël, le financement du Hamas et les implications du soutien d’une organisation terroriste, l’abus d’aide humanitaire dans des fins militaires et terroristes et beaucoup d’autres thèmes et témoignages. Le rapport complet se trouve sur le lien : www.ngo-monitor.org/2014_Gaza_Conflit.pdf.

 

 

Yaël Bornstein