full screen background image
Search
23 mars 2017 | כה אדר התשעז
  • :
  • :

Netanyahou exige la fermeture de la chaîne Palestine 48

Nazareht

La ville de Nazareth d’où diffuse la chaîne Palestine 48 – Crédit photo : Isaac Harari/FLASH90

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou, qui détient également le portefeuille de la Communication, a demandé au directeur général de ce ministère, Shlomo Filber, d’œuvrer à la fermeture de la nouvelle chaîne de télévision financée par l’Autorité palestinienne. La chaîne, « Palestine 48 », qui diffuse depuis Nazareth, s’adresse aux Arabes israéliens et diffuse des émissions visant à renforcer leur « identité palestinienne », rapporte le site d’informations de droite Aroutz 7.

Le chef du gouvernement a demandé à M. Filber d’examiner la légalité du financement de la chaîne par l’Autorité palestinienne et les éventuelles violations de la loi civile israélienne par la chaîne.

Les studios de Palestine 48 sont situés en Galilée. Mais, d’après le responsable palestinien chargé des Télécommunications, Riyad Al Hassan, les émissions sont transmises par satellite depuis les territoires sous contrôle de l’Autorité palestinienne, ce qui assure que la chaîne de télévision respecte la loi israélienne.

« Si M. Netanyahou veut fermer la chaîne, il faudra qu’il aille à Ramallah et s’il le fait, nous aurons une réponse appropriée à lui donner », affirme le responsable palestinien. Et M. Hassan d’ajouter que la chaîne de télévision continuera à diffuser ses programmes « même si cela ne plaît pas au gouvernement et aux colons dirigés par M. Netanyahou. Nous souhaitons présenter cette plateforme aux Arabes israéliens pour leur faire découvrir le monde arabe et leur montrer leur culture et les difficultés auxquelles ils sont confrontés. »

« L’Autorité palestinienne continuera à soutenir cette chaîne et nous envisageons d’ouvrir également une chaîne de télédiffusion terrestre, exploitée en Israël. Nous ne cherchons pas par là à remettre en cause l’existence d’Israël ou l’État de droit », renchérit M. Hassan.

YA