full screen background image
Search
19 janvier 2018 | ג שבט התשעח
  • :
  • :

Israël au Népal : rencontre avec un secouriste du Magen David Adom

Le Magen David Adom au Népal - Crédit photo : MDA

Le Magen David Adom au Népal – Crédit photo : MDA

Après le séisme de magnitude 7,8 qui a frappé le Népal samedi, Israël s’est immédiatement mobilisé pour venir en aide aux sinistrés et secourir ses ressortissants. Une équipe du Magen David Adom (Mada) est arrivée à Katmandou 24 heures après le drame et s’est immédiatement mise au travail. Israpresse s’est entretenu mardi après-midi avec le secouriste de Mada Ilan Klein, en direct du Népal.

Israpresse : Quel est votre sentiment général après avoir quitté votre famille pour aller à l’autre bout du monde aider des gens que vous ne connaissez pas ?

Ilan Klein : Il y a eu une catastrophe au Népal et ce n’est pas facile d’être témoins de tels drames. En tant que secouristes du Magen David Adom et représentants de l’État d’Israël, sous sommes allés sur place pour repérer les Israéliens, les aider et leur faire savoir que partout dans le monde, quand ils en ont besoin, l’État d’Israël et le Magen David Adom sont là pour eux. Et d’autre part, nous sommes là aussi pour la population locale. Dès qu’il y a des catastrophes de ce genre, en tant que secouristes du Mada, nous sommes sur place pour aider, soutenir et octroyer une aide médicale.

Israpresse : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué depuis que vous êtes arrivé ?

IK : Nous sommes arrivés là-bas 24 heures après le tremblement de terre et ce que nous avons vu sur place n’était pas facile : il y avait des bâtiments effondrés, des blessés, beaucoup de gens qui dormaient à l’extérieur des habitations. En tant que secouriste paramédical, j’ai déjà vu des catastrophes. J’ai passé aussi un mois à Haïti en 2010, après le tremblement de terre. Mais ce n’est jamais facile à voir. On n’avait pas beaucoup de temps pour comprendre ce qui se passait. Nous devions agir le plus vite possible et le plus efficacement possible.

Il fallait retrouver des Israéliens et octroyer une aide médicale. Hier, j’ai passé toute la journée à l’hôpital militaire de Katmandou pour aider les médecins népalais à soigner les blessés. Il y en avait des centaines. Ce n’est pas facile, mais on est là pour ça.

En tant que secouristes du Mada et représentants de l’État d’Israël, nous sommes sur place pour aider les Népalais et faire savoir aux Israéliens que partout dans le monde, quand ils en ont besoin, nous sommes là pour eux.

Israpresse : Qu’avez-vous réussi à faire depuis que vous êtes arrivés sur place ?

IK : Nous avons mis en place deux équipes. L’une chargée des centaines d’Israéliens qui étaient au Népal. L’autre qui a pris contact avec le principal hôpital de Katmandou et a commencé à aider les médecins sur place. Il y a beaucoup de blessures que l’on trouve en général après des tremblements de terre : des jambes ou des bras cassés, etc. Après une journée d’aide sur place, une équipe est restée à l’hôpital et une autre a pris en charge les Israéliens, parmi eux 18 bébés âgés d’une semaine et les a raccompagnés en Israël.

Israpresse : Pourquoi Israël est-il toujours le premier sur place lorsqu’il y a des catastrophes ?

IK : Je crois que c’est très important pour Israël d’offrir son aide et son soutien dans des catastrophes nationales, car on fait partie de ce monde. Et si, à Dieu ne plaise, s’il y a un jour une catastrophe ici, nous savons que le monde aussi viendra nous aider. Pourquoi sommes-nous les premiers ? Je crois que c’est parce que nous sommes Israéliens ! Les Israéliens font les choses très vite, très efficacement. Au vu de la grandeur du pays et à ses capacités, c’est une réalisation. Je peux vous dire que notre équipe du Magen David Adom est arrivée en 24 heures et ensuite, il y a eu la délégation du ministère des Affaires étrangères et de Tsahal qui est arrivée hier soir. C’est une grande force. Je crois que du point de vue international, les autres équipes du monde vont véritablement commencer à être opérationnelles sur place demain, parce que les procédures dans les autres pays sont beaucoup plus longues. Israël était là-bas très vite et a octroyé une aide et un soutien médical très rapidement.

Propos recueillis par Yaël Ancri