full screen background image
Search
22 juillet 2017 | כח תמוז התשעז
  • :
  • :

Dig Quest : rencontre entre antiquité et technologie

Dig Quest Israel App IconL’autorité des antiquités d’Israël lance sa première application : un jeu disponible sur iPhone et Android et destiné aux enfants de 7 à 11 ans, mais tout aussi intéressant pour les adultes qui aiment l’archéologie. L’application propose des jeux et des puzzles sur deux sites archéologiques célèbres, Lod et Qumran, et permet d’en savoir plus, notamment, sur les Rouleaux de la Mer Morte. Il est en anglais, mais assez intuitif pour amuser des enfants n’ayant que quelques bases dans la langue de Shakespeare.

 

Une application pour découvrir les manuscrits et mosaïques antiques

Les manuscrits de la Mer Morte sont célèbres dans le monde entier depuis leur découverte au début des années 1950. L’Autorité des antiquités d’Israël (IAA) a récemment décidé de marier archéologie et technologie pour permettre aux enfants d’explorer le site où les parchemins ont été découverts, tout en jouant confortablement installés chez eux.

© Israel Antiquities Authority

© Israel Antiquities Authority

Fin 2014, l’IAA a ainsi lancé une application iPhone, suivie il y a un mois par sa version Android, permettant aux petits comme aux grands d’étudier l’histoire de deux sites où des fouilles archéologiques ont mis à jour des artéfacts intéressants. L’appli, aux allures d’Indiana Jones, s’appelle Dig Quest: Israel et est disponible sur App Store et Google Play.

Le premier site est celui de Lod, où a été découverte une grande mosaïque, appartenant au pavement d’une maison remontant au 3e siècle de l’ère vulgaire.

Notons que la mosaïque de Lod fait actuellement un tour du monde dans divers musées américains et européens. Elle a notamment été présentée en 2013 au Musée du Louvre à côté des nouveaux espaces consacrés à l’Orient méditerranéen sous l’Empire romain. Elle rejoindra ensuite le centre archéologique dédié aux mosaïques, qui doit ouvrir ses portes dans la ville de Lod. Les animaux présentés sur la mosaïque de marbre, de calcaire et de pâte de verre se prêtent naturellement à la création d’un jeu attractif pour les enfants.

© Effi Schweizer/Wikipédia

© Effi Schweizer/Wikipédia

Quant aux manuscrits de la Mer Morte, ils sont bien sûr incontournables et symbolisent l’héritage culturel d’Israël. Autres caractéristiques qui ont joué en faveur des rouleaux de Qumran lorsque les responsables de l’IAA ont sélectionné les deux sites présentés dans l’application : les péripéties qui ont entouré leur découverte et le récit que retracent ces parchemins sur un groupe que d’aucuns identifient comme les esséniens.

 

Pouvoir revivre les aventures des archéologues

L’application est le fruit d’une collaboration entre une équipe d’éminents archéologues et chercheurs de l’IAA et l’entreprise américaine de développement de jeux vidéo Crater House. Au fil du jeu, l’utilisateur se met à la place d’un archéologue et partage les sensations fortes qui découlent de la découverte d’artéfacts et de la créativité nécessaire pour percer les mystères du passé.

© Crater House/IAA

© Crater House/IAA

Le joueur a le choix entre les deux sites archéologiques, où il découvrira des activités mettant en œuvre différentes compétences. Le jeu proposé sur le site de Lod simule les techniques utilisées par les archéologues pour dégager une mosaïque de sous une poussière vieille de plusieurs siècles et propose une activité stimulant la mémoire, basée sur les animaux de la mosaïque de Lod.

La fouille à Qumran reproduit la découverte et la restauration des fragments de parchemins des manuscrits de la Mer Morte. Le joueur est invité à assembler les différents fragments des rouleaux, avant de les scanner pour en découvrir le contenu, en utilisant une technologie rappelant l’imagerie spectrale mise en œuvre par l’IAA afin de déchiffrer et conserver les manuscrits.

L’Autorité israélienne des antiquités envisage d’ajouter d’autres sites de fouilles dans les prochaines versions. Espérons qu’une traduction en français verra également le jour.

Yaël Ancri