full screen background image
Search
18 novembre 2017 | כט חשון התשעח
  • :
  • :

Des étudiants israéliens à la rencontre du troisième âge

.

Crédit photo : Flash 90

 

Dans toute société moderne, les personnes âgées symbolisent l’histoire, l’héritage et la transmission. Ce sont des pierres précieuses qui brillent par la richesse de leurs expériences, de leur vécu et de leur savoir. C’est à travers cette perception que le département de français de l’université Bar-Ilan à Ramat Gan a inauguré, au début de l’année 2015, un projet tout aussi intéressant qu’innovateur, en associant des étudiants du département aux retraités des maisons de repos. Ce projet ambitieux met en place des rencontres hebdomadaires entre les étudiants et les retraités. Rencontre du troisième âge. 

Écrire l’histoire du troisième âge alors qu’on entame à peine sa vie d’adulte : un projet ambitieux mais aussi résolument humain, initié par le département de français de l’université Bar Ilan, dirigé par Silvia Adler.

« L’idée est d’avoir un rapport réciproque avec la communauté, dans le cadre duquel les étudiants peuvent aussi bénéficier d’une interaction. Leur activité consiste, entre autres, à rendre des visites aux personnes âgées francophones dans les maisons de retraite à Netanya. Ils peuvent alors discuter avec eux, leur parler de leur vie. Ainsi, les hébraisants pourront pratiquer leur français et en apprendre davantage, et les francophones pourront se reconnecter avec leur culture d’origine et leur langue maternelle », confie Mme Galia Yanoshevsky, enseignante au département. Outre ses objectifs pédagogiques, le projet présente des aspects beaucoup plus profonds. En effet, il a pour axiome de base la nécessité de ne pas négliger les personnes âgées souvent isolées, vulnérables et fragiles, qui ont besoin de mains tendues, de sourires, de soutien, ou de regards affectueux.

Silvia Adler initiatrice du projet

« C’est l’occasion de se souvenir du passé et de le transmettre aux jeunes. Cette expérience est souvent accompagnée de moments très émouvants. On assiste ainsi souvent à un déballage de souvenirs, enfouis dans des livres ou des photos de famille. L’étudiant se sent, dans la plupart des cas, émotionnellement impliqué. Il partage les sentiments dans la conversation et il « vit » un moment de la vie d’un autre. Pour nous, professeurs, ce cours n’a rien à voir avec les autres disciplines. On n’a jamais été aussi impliqué et cela se ressent à tout point de vue. Au-delà du niveau intellectuel, on éprouve un vrai sentiment de responsabilité éthique. Comment guider nos jeunes étudiants dans cette expérience de vie ? », ajoute Mme Yanoshevsky.

« Plus on partage, plus on possède. Voilà le miracle » (L.Lenoy)

C’est donc une expérience pleine d’humanité et d’altruisme que le département a réussi à mettre en œuvre avec ses étudiants, déterminés à faire perdurer ce projet et tisser des liens. C’est notamment le cas de Hanna, qui s’investit véritablement  pour apporter bonheur et réconfort aux personnes âgées.

« Poursuivre à deux un but commun est passionnant et plein de surprises. Chaque rencontre est plus enrichissante que la précédente, et des liens se créent. Derrière la personne interviewée apparaissent une histoire, une expérience de vie, des émotions, des angoisses, et parfois même des larmes de détresse et de tristesse. Lorsque je comprends que cette personne me choisit, en quelque sorte, pour partager sa vie et immortaliser son histoire, je m’emplis d’une fierté sans égale. C’est lorsque des personnes nous racontent qui elles sont et qui elles ont été que nous en ressortons, nous étudiants, gagnants pour la vie. C’est une chance à ne pas manquer. Je remercie ces personnes qui nous apportent tout et à qui l’on espère apporter quelque chose », partage-t-elle avec émotion.

Pierre angulaire de cette aventure : transcrire les enregistrements afin de les organiser en véritable récit de vie. Ils seront proposés par la suite à l’un ou à plusieurs organismes d’archivages de culture et d’Histoire Juive, comme par exemple la Maison de la Diaspora. Un procédé stimulant et formateur qui consolide les liens intergénérationnels et contribue au devoir de mémoire afin de ne jamais oublier que derrière chaque personne âgée se cache une myriade d’enseignements et de sagesse.

Michaël Assous